Catégories
Expressions Thérapie

Apparences II

Sa part d’ombre

Il est bon de temps en temps de faire son bilan de vie, tout mettre dans la balance et analyser les résultats ; quelle est la portion la plus importante qui fait pencher la balance d’un côté ? Est-ce le versant négatif ou le positif ? peut-il exister un équilibre et si oui comment l’atteindre ? Ou bien faut-il se faire une raison et accepter cette instabilité permanente ?

On peut passer une bonne partie de sa vie à jongler entre les échecs répétés et les réussites qui passent souvent inaperçues tant elles sont petites. Ce constat laisse un sentiment d’être passé à côté de l’essentiel et nourrit le manque de confiance en soi des années durant.

Manque de confiance en soi et déception

La leçon a retenir est que l’échec n’est pas une fatalité mais une chance qui nous est donnée de rebondir ; c’est comme un exercice de mathématique dont nous avons raté la résolution mais une fois la correction donnée et que les raisons de l’ erreur sont mises en évidence, on ne se trompe plus, on recommence et on passe à l’étape suivante ; plus on tire des leçons de ses erreurs c’est à dire que nous prenons le temps à chaque fois de les analyser, et plus nos chances de réussite augmentent.

Echiquier de la vie

Ces échecs sont les parts d’ombre qui nous tirent chaque fois un peu plus vers le bas si nous ne prenons pas garde à ne pas les répéter à l’infini. Certains d’entre nous ont la faculté de cultiver ces aspects négatifs de leur vie sans jamais voir passer le moindre trait de lumière de réussite ; l’échec s’est si profondemment inscrit dans leur mode de fonctionnement qu’ils ne discernent plus aucun aspect positif dans leur vie. Le remède existe pourtant et il se trouve là, tout au fond de nous à condition que l’on veuille bien aller le chercher.

Pour ma part j’ai pu booster ma confiance en moi en peignant. Cet art m’a permis d’extérioriser mes démons et de faire remonter à la surface toute cette obscurité qui bloquait ma créativité ; une aide extérieure à travers une psychothérapie a été un complément indéniable pour accélérer la procédure car cette thérapie est un temps pour soi, pour parler de soi, chose que je faisais très peu auparavant, occupée que j’étais à m’occuper et écouter les autres sans accorder le moindre intérêt à mes s.o.s internes.

Equilibre

A chacun sa méthode pour trouver une issue, tout le monde n’a pas forcément les moyens de se payer une psychothérapie ou de faire de la peinture artistique mais le seul fait de s’occuper de soi, de prendre soin de son apparence physique, de se consacrer à des activités professionnelles, sportives ou associatives, c’est déjà un bon début !

Par mamounebricole

Professionnelle de santé, c'est un choix qui s'est imposé car j'étais destinée pour cela et artiste peintre comme thérapeutique personnelle pour exorciser tous mes démons intérieurs. J'ai toujours admiré mes parents pour ce qu'ils étaient mais aussi pour leurs capacités à bricoler : j'ai combiné la créativité toute féminine de ma mère et celle toute masculine de mon père pour n'en faire qu'une, ce qui explique mon côté touche à tout.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s